06 juin - journée de "repos" - Ile de leucade 

La nuit a été un peu bruyante, des italiens sont arrivés vers 2H00. ils sont discrets les latins...

le soleil se lève par dessus les montagnes. Les rayons matinaux créent des reflets d'argent sur l'eau fripée par le sillage des barques qui reviennent déjà de la pèche.

le petit déjeuner servi est incroyable : 
au bord de la piscine, la terrasse surplombe la mer. 
une corne d'abondance plutôt qu'un buffet : 
version salée : froid : crudités, oeufs durs, charcuterie et fromage variés; chaud : oeufs brouillés, bacon, légumes
version sucrée : différentes céréales, pains de toutes sortes, viennoiseries multiples, des laitages, yaourts, fromage blanc, des fruits mais quels fruits ! Des kiwis, des oranges, des mini bananes, et des fraises si rouges, si sucrées un nectar... puis, évidemment du jus d'oranges fraîchement pressées. 
Franchement : un petit déjeuner digne d'un 4 étoiles **** 10 


l'ile est très montagneuse. l'idée est d'en faire le tour. 
Nous avons découvert des routes de montagne, 





dont certaines où j'ai eu honte d'être simple sac de sable, et pour faciliter la tache du pilote, je préférais devenir piéton... 


des villages dont les ruelles pavées finissaient en impasse




des petits villages de pécheurs, des terrasses de café pas encore prises d'assaut par les vacanciers ainsi que des petites plages peu fréquentées à cette heure.












Et des plages exceptionnelles. Certes, si je n'étais que passagère cette journée fut très fatiguante pour Philippe, devant supporter son sac à dos et manier le lent dans des descentes vertigineuses, agrémentées d'épingles sans revêtement, bordées de trous dont des grilles d'évacuation d'eau de pluie n'étaient pas alignées avec le sol...et cela sur des parcours de 5 km pour arriver enfin sur des petits paradis perdus.


Bon vous êtes prêts : 
attention les yeux : port de lunettes de soleil vivement recommandé : 

(ndlr : vous apercevez la "route" sur 5 km qu'il a fallut emprunter pour descendre...)











sur cette plage, en pleine semaine, il n'y a absolument personne même pas une petite bicoque où on aurait pu déguster une barquette de frites avec une petite bière... dommage .... c'est pas grave on va tout remonter pour aller voir la plage suivante.... dispute 
là je sais pas si c'est la chaleur ou la fatigue mais Philippe commence à devenir un peu bougon.. lol! 
j'ai préféré alléger la 1000 en remontant à pied jusqu’à ce que le revêtement redevienne une surface asphaltée...

attention, les rencontres avec la faune locale peuvent s’avérer piquantes... il n'y a pas que les routes qui serpentent


prochain paradis sur terre : acte 2
sur ce deuxième site nous avons trouvé de quoi nous restaurer sur le haut des falaises surplombant le bleu turquoise.










Le Parfum de cette ile est le reflet de notre provence : garrigue et pinède. Nous n'avons pourtant pas entendu chanter de cigales. Philippe a parcouru sur l'île plus de 180 km, pendant que je prenais quelques photos et dispensais quelques conseils, mais si ça passe.... (une vraie journée de repos...)







En fin de journée, après avoir observé les zouzous sur la plage en skysurf, 










nous avons dégusté une glace sur le port de lefkas,


puis filé sur les plages nous baigner près de notre hotel pour nous détendre. Le retour à l'hotel en tee-shirt sur la moto était grisant. 

Nous avons diné dans une petite taverne derrière notre hotel. Dodo de bonne heure demain, une étape de 400 km nous attend avec la frontière albanaise à franchir. Nous quittons l'europe.