kaviar

Si la triple black a été baptisée Kaviar'Straße en septembre 2011 c'est en raison d'un projet qui devait voir le jour en 2013. Pour des impératifs professionnels ce projet a été décalé d'une année.

Les conséquences de remettre ses projets à plus loin impliquent que les réalisations faites en lieu et place apparraissent ternes mais surtout qu'ayant 365 jours de plus pour finaliser son iti, et bien il s'étoffe.

Premier galop d'essai la mer égée, deuxième partance la mer noire, ce troisième projet devait initialement nous ammener jusque Astrakhan, sur les bords de la mer Caspienne. Seulement voila ! à 250 km plus à l'est, se trouve la frontière du 1er pays en "stan". L'asie centrale est à deux pas, les continents ne sont séparés que par un cours d'eau l'Oural. Impossible de s'imaginer d'être aussi près d'un autre continent, sans étudier de près la possibilité d'aller user des tétines dans cette direction. Et franchement aucun intérêt d'entamer des tracasseries administratives supplémentaires si ce n'est que pour passer la frontière et faire demi-tour !

Un nouvel objectif est donc fixé. La mer d'Aral. Naïvement, la première vision de notre tracé est de tirer une ligne horizontale entre Astrakhan et Aralk : 1100 km les séparent ! A vol d'oiseau.... parce qu'à roue de moto l'itinéraire est loin d'être aussi linéaire. 

Les premières recherches sur la toile dans cette direction, nous rammène à une dure réalité. le trajet le plus court est de 1600 bornes (à l'aller) il est impossible de couper par le désert. Des zones non sécurisées jallonnent cette horizontale. Plusieurs voyageurs rapportent des évènements pas très sympathiques. Pour parcourir ces 3000 km au Kazakh il nous faudrait disposer de plus de temps. certains ayant emprunté une partie du tracé en 2012 écrivent que le désert de gobbi est plus facile à traverser ! d'autres nous rassurent, la route entre Aktobe et Aralsk a été entièrement refaite en 2013. Bon voila une partie de l'iti réalisable. il ne reste d'une diagonale de 500 km à franchir sans revêtement.... sans ville ni village....sans hotel.... sans essence.... La steppe culmine à -40 m en dessous du niveau de la mer il y fait des températures dépassant les 40° en pleine journée. Personne ne fréquente ce passage sauf quelques rares camions arrachant la poussière de la piste. La piste n'est qu'un gruyère, telle la surface de la lune et ses cratères, jonchée de nids de dinosaures permettant de s'y camoufler entièrement avec motos et vivres. Il est parfois plus aisé de rouler directement sur la steppe. Mais les camions et autres 4x4 empruntant à tombeau ouvert ce tracé parallèle sèment régulièrement des parties métalliques de leurs carlingues brinqueballantes piègeant le parcours de débris acérés attendant patiemment de déchiquetter la tendre gomme du pilote novice s'y aventurant. 

Ces 500 km nous auront hanté pendant quelques jours - Où dormir? Comment ravitailler? Sommes nous capable de sortir du bitûme sur une telle distance? 

Au hasard des recherches, je trouve enfin un rescapé du tracé fraichement rentré de son tour du monde. Prise de contact, échanges de mail et hop une entrevue est rapidement calée dans un petit resto italien parisien. Il était important de rencontrer ce personnage en ammenant avec nous nos fidèles montures qui feront ce voyage. 

Il pleut, la circulation parisienne est dense, lente, sans lumière. Une petite rue, un interstice chacun pour y parquer les enclumes et là sur le trottoir un homme casquetté serre dans ses mains quelques papiers colorés facilement identifiables par des yeux traînant depuis plusieurs semaines sur les cartes topographiques.

La porte de ce resto restera pour moi l'ouverture vers notre prochaine aventure. Les discussions vont bon train durant les plats, les anecdotes de nos voyages respectifs ponctuent chaque bouchée. Les cartes font maintenant office de nappe. Nicolas va nous détailler chaque passage de ses étapes en asie centrale. Nous ne disons plus un mot, on boit ses paroles, on frissonne en regardant les points mentionnés sur la carte. Ses souvenirs en longeant la frontière afghane, ses 19 contrôles en 1 seule journée par les policiers Uzbèques, ses moments de solitude pour sortir du kazakh sans avoir fait tamponer le certificat d'immigration. Sa crise de nerf au commissariat d'Aralsk pour obtenir le précieux sésame. On retiendra qu'il faut impérativement trouver un bureau d'immigration avant Aralsk ! Il a relié Aktobe à Atyrau en passant par notre parcours prévisionnel. Parti à 8H00, il a tiré d'une traite pour arriver 12h plus tard à destination. En roulant très doucement par endroit, s'octroyant des petites pointes à 80, trouvant un peu de réconfort sur une bande de 20 cm de gravillons longeant la pseudo route pendant quelques kilomètres, évitant les bounkers de sable, et les trous d'obus, grignotant kilomêtre après kilomêtre Monsieur Golgoth est passé.

Plus de doute c'est donc possible si nous coupons cette étape en 2, on peut le faire. La soirée a filé à la vitesse de l'éclair et dans nos têtes, aussi vite que la lumière, les éléments se sont mis en place. 

L'itinéraire a donc été consolidé, nous prévoyons 9 jours pour aller et venir dans la steppe kazakh. On n'ampute rien ni à l'aller ni au retour des pays que nous prévoyons de traverser. Le Kazakshtan devient donc le point culminant de notre voyage 2014. L'aller traversera l'Allemagne, la République Tchèque, la Pologne, l'Ukraine, La Russie, le retour zébrera la Russie, l'ukraine (La crimée), la Moldavie, La Roumanie, la Hongrie, l'Autriche et l'Allemagne. Une boucle de 14000 km sur 5 semaines. 

iti 2014 drap

ce qui va définitivement changer notre vision du voyage :

Le Bivouac :

Pour cette étape sortant de l'ordinaire, il nous faut nous équiper pour bivouaquer.Bien qu'appréciant notre confort l'idée de camper en plein désert s'est imposée d'elle même, comme une évidence. Après un premier contact dans une boutique spécialisée pour étudier le meilleur matériel en terme de volume nous avons très vite franchi le pas et investi dans le couchage, l'abri et la popotte. Voila tout tient maintenant dans 1 seule caisse. A 6 mois du départ, le Tangram prend déjà vie.

PB300037PB300034

 

Le Carburant : 

Paradoxe de cet endroit produisant du pétrole, il n'y a aucune station sur les 500 km. L'autonomie de nos bestioles est de 350 km chacune! comment s'assurer de ne pas rester en cale sèche en plein milieu du désert. La solution est d'emmener 22 litres de coco supplémentaires. Philippe se transforme en moto citerne. les 2 Rotopax seront fixés à la place de la selle passager. ils ne seront rempli qu'à l'approche de la zone sans benzine. inutile d'ajouter du poids tant qu'on trouve du ravitaillement de qualité convenable.

rotopax

 

Les pneus :

Les routes chocolat turques, la tole ondulée et le béton strié de coquillages grecs, les trous bulgares entourés de dentelles en bitume, les routes en construction corses, roumaines ou encore turques, celles en destruction Albanaises ou bien les chemins poussièreux rocailleux espagnols n'ont plus de secret pour nous. Mais les pistes ! Les vraies ! celles empruntées uniquement par des véhicules locaux ou spécifiques ! Ca va être une grande première. Nos pneus mixtes ont supporté toute qualité de revêtement, mais là il faut bien avouer que ça va être léger. Le pas est franchi vers un équipement plus adapté à la conduite sur surface "meuble". On roulera dans la steppe avec des pneus à tétines. Oui mais ! le chargement commence à être très volumineux et le véhicule d'assistance affiche une légère surcharge !

chargement

 

La solution est peut être de trouver à faire livrer les pneus un peu avant la frontière kazakh. Un lieu qui nous permettrait de laisser nos "routes" en garde pendant la croisère en mer de sable et de les rechausser en rentrant ! Bingo cette étape va être aussi haute en couleur. Prises de contact avec quelques habitants de volgograd ! 1 chambre (avec garage) nous attend chez l'habitant, nous allons aussi rencontrer les célébres Night Wolves. Nous avons trouvé un site capable de nous vendre les pneus, nous disposerons dans Volgograd d'un endroit pour faire livrer nos tétines, de la main d'oeuvre pour nous aider à les monter, d'un endroit pour les stocker et d'une soirée+nuit dans une famille russe ! Et tout çà en quelques clics, Les russes sont d'une incroyable gentillesse. 

L'administratif :

Voila la phase la moins "fun" des préparatifs. En premier lieu faire établir un permis international. Il est gratuit et obligatoire pour circuler dans certains pays hors Europe. Attention, il ne remplace pas le fameux papier rose. En cas de controle, il faudra présenter les 2 documents.

liste des documents à fournir à la préfécture pour obtenir le permis : 

  • Formulaire dûment rempli en 2 exemplaires
  • 2 photos d'identité
  • copie couleur du permis
  • copie couleur de la carte d'identité
  • justificatif de domicile
  • 1 enveloppe timbrée en recommandé pour le retour 

il faut compter une bonne dizaine de jours pour le retour du dit document.

Deuxième mission : obtenir les visas pour la russie, il nous faut un double entrée et celui pour le Kazakh. Et pas de visa double entrée Russie sans visa Kazakh. 

liste des documents à fournir pour le visa Kazakh :

  • l'itinéraire précis au kazakh
  • la liste des pays traversés avant et après
  • les lieux de passage en frontière
  • les dates du voyage
  • les passeports 
  • une lettre adressée à Monsieur le Consul pour lui expliquer nos motivations
  • les attestations de nos assurances rapatriement (fournies par le biais de la banque et des cartes bancaires)
  • copie des cartes grises des véhicules
  • Le formulaire de demande dûment rempli
  • 1 matinée au consulat pour déposer le dossier avec 35 € par visa.
  • 10 à 15 jours d'attente pour récupérer le premier Césame

pour le Russe : 

  • les passeports portant le visa kazakh validité + 6 mois double page vide
  • la photocopie des passeports (page avec la photo).
  • Une photo d'identité couleur
  • Le formulaire de demande dûment rempli
  • les vouchers (fournis par l'agence)
  • les attestations de nos assurances rapatriement
  • Une enveloppe avec votre adresse de retour
  • une lettre précisant les noms adresses, tel et email de chacun
  • 110 € par visa
  • délai : 15 jours à trois semaines 

Nota : le visa kazakh peut se demander 6 mois avant l'entrée, le russe seulement 3 mois avant. Il reste à préciser un point important : pour que l'assurance rapatriement liée à la carte bancaire puisse être utilisée dans le pays traversé, il est impératif d'avoir effectuer des achats ou des retraits dans celui-çi.

 

Voila l'essentiel du projet. L'itinéraire est quasiment abouti

La pologne :un moment pour se souvenir devant les portes d’Auschwitz 

L'ukraine : à l'aller L'viv la route médiévale, au retour la crimée avec Sébastopol,Yalta, la route des volcans, les sites paléolithiques de Bakhtchyssaraï et Odessa

crimé bachczysarajcriméenid hirondelle yaltaodessa escalier

crimée volcan porte du diable

sebastopol navalsebastopol rochers sculptés

 

La Russie : Stalingrad, la volga et ses moustiques

stalingradvolga

le Kazakh : sa steppe, l'agonie de la mer d'aral, un bivouak au pied les carcasses de bateaux mugissants dans le vent

forage kazaksteppe kazakroute steppebateau aralpiste kazakrepérage bivouak

La moldavie : si la roumanie est le moyen âge de l'europe moderne, la Moldavie est le moyen age de la roumanie !

La roumanie : le delta du danube, puis un petit tour nostalgique entre sibiu et timisoara en passant par la transalpina afin de comparer les deux axes parallèles traversant les montagnes.

Danube deltasibiu

transalpina1transalpina2

timisoara

 

 

L'autriche : 

une petite valse au galop à l'école Espagnole de Vienne 

vienne ecole espagnole

L'allemagne :

Ma nouvelle page professionnelle s'est ouverte en allemagne. Deux usines sont implantées dans la ville de Maulbronn dont le monastère attire de nombreux touristes. Nous y ferons étape et nous nous laisserons guider pour aller visiter Stuttgart en VIP.  Puis en fin d'après midi  nous grimperons sur les cotaux surplombant les vignobles, pour siroter un verre de vin local, avant d'aller diner dans l'une des auberges du cloitre.

maulbrannmaulbronn2

 

 

Il sera temps pour nous de regagner la France. Après ces 5 semaines couvrant 4 quartiers de notre orange bleue.

Maintenant que 90% du projet est fixé l'espace temps devient interminable : 

P2010222

Bientôt la porte s'ouvrira libérant Kaviar'Straße et Lillybellule vers l'horizon du levant