Il a plu toute la journée d’hier pour effectuer la dernière transition asphaltée.

Courte étape puisqu’à 11H00 nous étions déjà posés dans notre hôtel la décision étant prise : on ne peut pas se permettre d’attaquer la piste avec cette météo. La team portugaise a bien sûr rallier le même hôtel que nous, ainsi que 2 couples suisses en 4x4 aménagé.

P6020003

Le soir au restaurant la table s’est vu grandir pour devenir Européenne. 15 personnes au total autour d’une passion commune : Le voyage.

P6020007

La soirée se terminera autour des cartes et des photos récentes du tracé qui nous attend. En effet Pascal et Marie-josé, sont des habitués des lieux et nous montrent très précisément les passages délicats, ou encore les sites remarquables à ne pas manquer comme la vallée de kobh avec ces pétroglyphes.

P6020010

Petit déj négocié pour 6H00, faire le plein d’essence et adapter la pression des pneus puis départ vers le prochain village vers l’Ouest. Notre objectif : 200 km par jour mais si le terrain est satisfaisant on peut essayer de rejoindre l’étape suivante puisque il n’y a que 60 km de piste et ensuite le bitume court sur 160 km avant d’entrer dans la ville d’Altaï

Le terrain est très gras. Ça glisse énormément. Il faut vraiment redoubler d’attention. Choisir le passage le moins collant. Ce n’est pas toujours le cas, ou c’était pas le bon choix ! pas de bobo un tite photo et on y retourne

P6030011P6030016

 

 Et la pluie reprend, juste de quoi vous brouiller la visière histoire de rajouter un caillou dans la chaussure. Les portugais nous rattrapent à la première pause 2 heures après le départ. Nous repartons devant, mais l’équipe de choc a tôt fait de nous dépasser, leur rythme n’a rien à voir avec notre mode crabe/tortue/canard…

DSC_0717DSC_0719

C’est 2 bonnes plus tard que nous les rattrapons. La tuile est tombée sur Mario en 1150. Un passage sur une grosse pierre aura eu raison du support d’amortisseur. Le châssis est cassé net.

DSC_0737P6030020

Rideau pour Mario.  Il prend la chose avec philosophie. Cela fait partie du jeu la casse et retour à la casa. Mais nous le sentons cœur serré. Et nous avec, quelle galère. Certes il y a un peu de compassion mais aussi de transposition. Après leur avoir laissé l’ensemble des coordonnées des contacts ayant gérés le transport de ma caisse alu pour l’organisation du rapatriement de sa dondon, nous le serrons fort dans nos bras pour lui montrer notre amitié. Les autres poursuivront leur voyage, une fois que leur pote aura trouvé un camion pouvant venir récupérer le véhicule et le ramener sur UB. 

Nous continuons notre avancée, le soleil refait son apparition et le rythme d’installe,

DSC_0760DSC_0742

 

nous pensons un instant que Altaï nous tend les bras en début de soirée. Nous croiserons un Kazakh en KTM 650, avec qui nous referons le point sur l’état des routes qui nous attendent chacun dans nos directions.

P6030027

Il est temps de repartir il est 16H00 et c’est encore envisageable d’enquiller sur la 2eme partie du parcours. C’était sans compter sur ce rideau noir de pluie qui nous coupe la route. C’est à peine si nous avons eu de trouver ….. un endroit au sec pour passer la nuit avant que l’orage n’éclate. Nous avons une triste pensée pour José mais surtout de l’inquiétude pour ses 5 comparses. Où vont-ils trouver asile ? Ils n’ont aucun matériel de bivouac avec eux. Peut être que nous aurons la surprise ce soir ou cette nuit d’entendre les joyeux drilles pousser la porte de la pension.