Ce matin, nous décollons avant les portugais.

ce qui nous laisse 1 bonne heure d'avance

P6050017P6050022

e.

 

j'avoue apprécier les savoir derrière au moins si on a un souci, ils seront là pour nous aider. 

la piste entre Khovd et Altaî est en fait une route en constrution sur une grande partie du trajet. il reste ensuite 80 km de goudron et ça c'est le bonheur de savoir que l'étape se termine sur du confortable. 

le chantier est immense sur 160 km. il y a des zones où des hommes et des machines s'affairent et d'autres où le champ est libre pour enfiler les kilomètres sur une surface tole ondulée sans autre piège alors on goute au confort du meilleur rythme pour passer ces tronçons vibro-massant à 65km/h.

Mais il y a aussi des zones ou la "future route" n'est pas accessible et il faut reprendre les pistes annexes. sur celles-ci le rythme est bien différent : il y a beaucoup de sable.  certains passages sont même similaire aux franchissements de dunes. et là j'avoue que ma petite Altaï est l'outil idéal pour sortir du bac à sable. Les portugais nous ont rattrapé rapidement sur les zones roulantes, mais eux en GSA super chargées bah le sable ils n'aiment pas tous. Certains ont même chuté 7 fois dans la journée sur ces zones. 

Cette étape s'annonçait sans gué mais un pont brisé nous oblige à traverser la petite rivière (sans difficulté aucune)

Nous avons roulé quelques tronçons avec nos amis, (le temps qu'ils nous sèment) c'est bien agréable d'avoir un groupe qui ouvre. Les passages sont facilités par leur trace, nous sommes avertis des éventuels pièges. et quand ils s'arrêtent nous repassons en tête. 

P6050019P6050018

Cette fois ci au loin, nous les appercevons arrêtés mais en comptant il y a 3 motos de plus. 

3 couples en duo en R80 GS sont avec eux. Les motos sont chargés comme des chameaux de caravane : duo + matos de bivouac. 

P6050021P6050020

Des navettes aux baguettes viennent de Marseille, ils ont un but humanitaire aider les enfants les plus démunis et interagir avec les enfants hospitalisés. (encore une action carritative dans notre voyage) et nous avons discuté un bon moment avec eux (les portugais en ont profité pour filer devant) on a bien sûr échané les informations des conditions de route, puis confié aussi les coordonnées du transporteur d'Altaï en cas de pépins pour eux. Ils nous ont raconté leur début de mongolie, perdus sur les pistes au niveau d'Olgi, ils décident de planter la tente, Ils ont été ennuyé par un groupe de soulards. et ont redémonté le bivouak pour être accueillis par des bergers dans leur ger, pour être en sécurité. Nos informations concernant les environs d'Olgi se confirment donc. 

avec tout le sable que nous avons traversé aujourd'hui, nous les imaginons avoir beaucoup de difficultés sur leur journée. 

C'est en ville que nous retrouverons nos amis portugais juste avant de choisir un hotel. Et bien sur, nous avons passé la soirée ensemble. 

 

P6050024P6050025

 

IMG_2659