J'ai grandi entre deux rocs familiaux l'un se nommant FONTENOY et travaillant les pieds dans l'eau (cressoniers) et l'autre branche : DUBOIS dont l'un était menuisier

P8140073P8140058


voici un joli thème pour une grande balade sur les 3 jours du week end du 15 aout...
 
départ vendredi en fin d'après midi directement du taff
alors déjà ça c'est un petit plaisir, le week end commence dès les motos chargées donc une journée avant le vrai départ ! c'est que du bonus  
et pour attaquer dans le thème,  la descente sur la première étape se fera pas l'autoroute de l'arbre (A77)
 

arbre autoroute


arrivée pour dîner à l'auberge des 7 écluses de rogny
avec petite promenade apéritive sur le site :
 

DSC_1619DSC_1615



un ouvrage classé monument historique commencé en 1606, sous les ordres d'Henry IV et son ministre Sully (nous en reparlerons plus tard de celui là...) et utilisé jusqu'en 1887, les péniches modernes ne passant plus dans les sas.

l'endroit est paisible en cette fin d'après midi. c'est bien agréable pour décompresser
DSC_1625


et notre première surprise c'est celui là qui n'était pas prévu au programme :
un marronnier de taille plus que respectable malgré son jeune âge (80 ans)
DSC_1613DSCF0021 (2)
photo automnale transmise par une guide de rogny (merci Annie-France)

coordonnées : N47°44.633' E2°52.585'
Nous entamons maintenant le parcours avec les POI :
et au fil de l'itinéraire pour passons à Saint Fargeau et son château

DSC_1631


sachez que pendant tout l'été le vendredi et samedi soir il y a un spectacle dans les douves du château (un mini puy du fou)
puis au large de Chateauneuf en Auxois
DSC_1634
nous ferons une petite pose dans les bois pour déjeuner après s'être arrêtés à Nuit St Georges pour les victuailles.Là encore certains arbres se distinguent :
au prochain coup de tabac, le divorce sera consommé
 

P8130059P8130062


pour arriver à Malans dans le parc d'un château renaissance où j'ai rendez vous avec un tulipier
j'y venais pour un arbre fait de bois et de feuille et j'y ai croisé le fer - enfin du métal rouillé !
DSC_1638

le portail d'entrée du parc des sculpteurs était pourtant explicite !
 

DSC_1685

je me suis laissée envahir par l'émotion. Pourtant l'idée du contact métallique qu'on se fait est plutôt froid d'habitude :
sur cet ensemble il y a des détecteurs de mouvements qui déclenchent une musique semblable au son des temples bouddhistes faite de tintement de cloches et de voix diphoniques
DSC_1643DSC_1644
DSC_1647

Dissimulés au fond du parc j'ai surpris un groupe d'éclaireurs extra-terrestres sortant de leur navette en grande cérémonie géométrique. Certainement attirés par les sons de la sculpture précédente.


DSC_1649DSC_1650
DSC_1652DSC_1659

à moins que leurs incantations soient destinées à cette sépulture dont les griffes de leur congénère sont ressorties de terre 
ici bien sûr l’amphithéâtre pour assister au spectacle à 360°

DSC_1665


et puis on converse sur les derniers potins du patelin

DSC_1676DSC_1678


là une maquette d'un cours d'eau parcourant le granit de ce rocher

DSC_1679

un détail métallique :
 DSC_1681


bon venant au fait de ma visite : le tulipier classé et déclaré arbre remarquable en Janvier 2016. J'ai le sentiment face à ce géant de n'avoir jamais vu d'arbre aussi grand (c'est con à dire mais les larmes ont jailli)

DSC_1672DSC_1664DSC_1666DSC_1671

DSC_1683

en voici la feuille en forme de tulipe
 

coordonnées GPS : 47°15'47.2"N 5°35'10.3"E

et l'exposition continue à l'extérieur de l'enceinte du château : je vous laisse flâner :

DSC_1690DSC_1692

l'espace d'un instant de sérinité et de paix

DSC_1693

seule directive de l’hébergeur : se garer sur la rue et non dans le parc, pas de pique-nique sur la place et ne pas escalader ni s’asseoir sur les sculptures; l'entrée est gratuite.


Nous passerons ce samedi embrasser nos amis bisontins : Olivier et Michèle  avec un petit cadeau made in Russie pour y parler de nos incartades russes simultanées en dégustant une délicieuse tarte aux abricots avant de rejoindre notre auberge pour la nuit et le moulin qui y fait face :

DSC_1697DSC_1694

le programme de la journée du dimanche est bien chargé bien que représentant peu de kilomètres. on a pas l'habitude de ne pas rouler.

et c'est à peine à 10 kilomètres du point de départ que le 1er tilleul nous tend ses branches

DSC_1707


nous ne restons pas seuls plus de 20 secondes qu'une petite voiture arrive sur le chemin.
demain c'est 15 Août, il faut remettre des fleurs fraîches sur l’hôtel pour la messe qui se déroulera dans la chapelle. Nous échangeons quelques mots bienveillants avec cette paroissienne et nous la laissons pénétrer seule dans la chapelle pour lui laisser le temps de se plonger dans ses prières matinales.
Pendant ce temps je paparazze à tout va celui qui veille sur la chapelle depuis 300 ans !
Difficile de choisir les angles où sa clio blanche n’apparaît pas. cela dit avec un tronc d'un diamètre aussi respectable la tâche semble aisée mais le tilleul à choisi d'habiller son tronc de dentelle...

DSC_1703

DSC_1702DSC_1700

DSC_1704DSC_1708


la petite chapelle gothique notre dame des malades fut érigée au XVIe siècle à la suite d'une épidémie qui décima les villageois. Les nombreux corps ont été inhumés dans la forêt environnante.
l'intérieur très sobre n'a pas été photographié par respect des prières en cours.
DSC_1709


coordonnées : 47°11'07.6"N 6°25'51.3"E

on repart sur un iti virolant traversant la forêt bien fraîche la petite route serpente en épingle.
et au détour de l'une d'entre elles, nous abordons une petite chute d'eau d'une quarantaine de mètres.
j'ai révisé la notice du nikon la semaine précédente pour capter au mieux le mouvement de l'eau vive.
l'occasion rêvée pour appliquer la technique :

la cascade dans son intégralité à vitesse normale

cascade2


le 1er saut : l'eau commence à filer mais la distance est trop importante

DSC_1724


verticale : même distance pas assez zoomée pour profiter de l'effet

cascade


je me concentre maintenant sur le pied de la chute en variant les réglages.
les 1ers clichés sont trop sombres, je n'ai pas assez descendu la vitesse mais après quelques noirs
le résultat est là :
 DSC_1723


contente je suis 
merci mes amis 
PS : Philippe reste d'une patience d'ange  

alors, zouuuu ! en selle pour la suite

Ho Ho,
un tout jeune tilleul ....

DSC_1751


Il développe déjà des caractéristiques indiquant qu'il a du potentiel pour bien vieillir

DSC_1752


je repasserai dans 150 ans pour le déclarer arbre remarquable
Nous voici arrivés à la source de la Loue
Malgré l'heure matinale, il y a déjà du monde sur le site,
mais l'endroit est propice à des cadrages sans population

DSC_1736

DSC_1733DSC_1734

 

DSC_1742


la loue fût source (...) d'inspiration pour Gustave Courbet. Rien que cet endroit a fourni 14 toiles :
DSC_1745

la grotte :
DSC_1739


une dernière pour la route :
DSC_1747


nous empruntons maintenant la vallée de cette résurgence du doubs
il va être midi, après cette pause fraîcheur, nous nous arrêtons sur Ornans "noire de monde" pour trouver une boulangerie ouverte. le top case rempli de notre déjeuner, direction un autre "Courbet"
le miroir de Scey :

DSC_1757

Oh un arbre dans l'angle opposé

DSC_1755

puis le château de Cléron
DSC_1759 (2)

nous profitons d'une petit chemin en fôret pour engloutir en guise de repas de douces pâtisseries

P8140072


et direction la source du Lison
c'est l'heure du pique-nique ici aussi, et le thermomètre indique 32° alors le lieu est pris d'assaut par beaucoup de familles franc-comtoises venues passer ce moment dans un endroit agréable et frais le long du cours d'eau naissant. Ils sont tous les uns à moins de deux mètres des autres mais l'ambiance est à la détente. Nous remontons les tablées jusqu'au site.  

la première c'était pour vidéo-gag au cas où les imprudents se loupaient  

DSC_1764

DSC_1771


et voici avec l'effet filé :
DSC_1769

DSC_1765

la grotte d'où l'eau jaillit
DSC_1775

et la vue de là haut

DSC_1778


on prend un peu de hauteur puisqu'un indic local nous a dénoncé un remarquable planqué à moins de 10 minutes  :
ici le géant de la forêt :

DSC_1786

impossible de l'avoir d'un seul tenant dans l'objectif
alors je l'ai débité en morceau :

auprès de son arbre il vivait heureux... 
DSC_1784


carte de visite d'un tricentenaire :

DSC_1787

auprès de mon homme je suis une femme heureuse... 
DSC_1788


il faut des racines bien solides pour soutenir 16 stères de bois

DSC_1790


cet arbre est d'autant plus remarquable qu'il se trouve dans une forêt de pins.

coordonnées : 46°58'09.8"N 6°00'35.5"E
et nous continuons la balade
il fait chaud à crapahuter dès qu'on met pied à terre

nous finirons les remarquables par l'arbre rivalisant sans doute avec les plus gros mais c'est aussi le plus vieux tilleul de France :

cet arbre a été planté en 1477 pour célébrer le mariage de Marie de Bourgogne, fille de Charles le Téméraire, avec l’empereur Maximilien d’Autriche.
15 avant avant que Christophe Colomb ne découvre les Amériques ! 
rien d'un demi millénaire ! j'espère qu'il nous survivra encore longtemps

DSC_1792

Son tronc a une circonférence annoncée de 17 mètres. Mesuré récemment il n'est que de 13 mètres et des brindilles.

DSC_1795DSC_1797

Quand nous sommes arrivés aux granges, l'ancêtre n'était pas solitaire. Il y avait un couple en voiture ainsi qu'une poignée de randonneurs pédestres. Je suis ravie que ces aïeux reçoivent régulièrement de la visite, mais j'aime être seule avec eux. Il suffira de patienter 5 minutes pour que le lieu ne se livre qu'à notre présence. Le lieu est enfin paisible en cet fin d'après midi et je pourrai donc avec patience prendre du recul afin de le faire entrer entier à travers mon hublot de verre.

DSC_1802

tilleul d’Ivory (ou tilleul bracon)
46°55'06.4"N 5°52'12.0"E

on replonge ensuite dans un milieu naturel beaucoup plus frais que les collines en plein cagnard.
direction les sources de l'Ain.

l'endroit est presque désert, un indice déjà.
Nous remontons un torrent vide. Les pierres moussues apparentes sont entourées par endroit de quelques flaques d'eau dormante, , la rivière ne chante plus.  L'exsurgence ne dépasse pas son seuil de débordement et donc il n'y a plus d'écoulement.
les fortes chaleurs de l'été ont tari le cours d'eau :

DSC_1811


Pourtant à en croire l'effet drapé des mousses sur les arbres environnant, on s'imagine que la région est bien "hydratée verticalement"


DSC_1815

Clap de fin de cette journée à Arbois où nous sommes arrivés lessivés.
ces nombreuses haltes et ces petites marches pour rejoindre les sources et les arbres ainsi que ce soleil de plomb nous ont occis. L'hôtel ne proposant qu'une table quelconque et suggérant un excellent restaurant à 5 minutes à pieds, je me suis permise de les appeler pour vérifier leur ouverture en ce soir de 15 Aout... pour ne pas avoir à marcher inutilement

un petit vin jaune en guise d'apéro agrémenté de dés de comté pour nous requinquer de notre journée riche et épuisante :
 

vin_ja10

il est temps maintenant de rentrer à la casa.
toujours dans le thème nous avons suivi les petits cours d'eau pour nous ramener dans notre région,
par la vallée de la furieuse,
la vallée de l'ource
et la vallée de la seine
d'ailleurs c'est au bord de cette dernière que nous pique-niquerons

DSC_1852



DSC_1820DSC_1821

DSC_1844DSC_1828
encore des bizarreries sur les berges du fleuve : 
arbre lundi

comme c'est curieux l'eau ne sera pas la seule sève du retour :  de arbois jusqu'à la maison
il se trouve par le plus grand des "zazares" que les vallées arrosées sont aussi des routes viticoles
route des vins du jura
route du crèmant de bourgogne
route des vins de champagne...
oh mais voila encore une belle promesse de balade sur ce thème

DSC_1859


nous passerons saluer notre dame des vignes
DSC_1857
DSC_1862

au pied de la colonne les débris de première statue que la foudre a jeté au sol en 1977

DSC_1865


vue panoramique sur les vignobles :

DSC_1861


épilogue :

la direction de la balade a été choisie spécialement pour aller embrasser nos amis "bizontins"
michèle, la rédaction de ce CR t'est dédiée pour t'amener à voyager à travers la tablette. 

les sources, les rivières et les auberges sont sorties du chapeau de Monsieur
Les arbres de ma poche.
j'ai cherché principalement les tilleuls de sully. Ces arbres plantés sur la place du village ou devant les églises sous henry IV selon les ordres de son ministre sully. Ces arbres étaient destinés à abriter les assemblées des villageois tenues au sortir de la messe pour traiter des affaires de la paroisse. il y a de cela 400 ans. Et des ces quadri-centenaires il en reste encore une quarantaine debout sur notre territoire. Ils seront souvent traqués lors de nos prochaines virées pour être fixés à travers l'oeil minéral de mon Nikon.

pour trouver les points GPS des arbres remarques je vous mets les liens des sites sur lesquels j'ai fait mes recherches :

https://krapooarboricole.wordpress.com/liste-des-arbres-venerables/

http://www.arbres.org/arbres_remarquables.html

http://www.monumentaltrees.com/fr/fra/