Jeudi 25 mai - Paris /burgos - Espagne - 1050 km

c'est la naissance d'une véritable amitié qui est à la génèse de ces vacances.

tout a commencé lors de notre rencontre sur les pistes de mongolie avec 6 portugais réliant vladivostock à Lisboa. 

nous avons eu le privilège de partager plusieurs jours d'affilée la même trace à travers ces paysages incroyables. 

le soir venant, nous nous sommes retrouvés à plusieurs reprises au même endroit. et de là les discussions ont été nourries sur nos façons réciproques d'aimer le "Voyage"

Alberto le "pilote de tête" de cette bande de potes, nous a proposé sur la dernière soirée en leur compagnie de nous servir de guide pour nous faire découvrir son Maroc quand nous le souhaiterions. 

Il y a vécu quelques années et depuis qu'il est de nouveau résident sur lisbonne il y retourne 6 à 7 fois par an. 

alors c'est avec beaucoup d'envie que cet hiver nous avons accepté de nous laisser guider. 

Une grande première pour nous :

- ne pas organiser nous même

- et voyager avec d'autres

on est prêt à te suivre alberto, à nous laisser guider à travers ce pays. sans vraiment savoir comment ça va se goupiller mais ça nous tente cette aventure différente des autres. 

Demain nous serons arrivés à notre point de départ : Lisbonne. l'aventure débutera par un tour des environs avec un guide VIP, puis un diner de retrouvailles avec tous les joyeux drilles ! les toasts à la vodka vont s'enchainer ! dommage qu'il ne restait plus de fromage de yack ! 

aujourd'hui 1050 km de roulage : amplitude thermique : 15/37° - 4 pleins - pas d'hotel de reservé mais on a fini par trouver un petit nid douillet juste avant que l'orage ne s'annonce. 

il reste 700 km d'autoroute demain pour que l'aventure ne commence ! 

voici la carte du parcours sur le maroc : 7 jours de bateau à bateau

ITI

 

 Vendredi 26 mai - Burgos/Lisboa -Portugal - 700 km

2 jours de roulage étant sur le grand ruban. pas d'un intéret particulier

je retiendrai que quelques quelques mots dans l'ordre : 

- on a évité la pluie sur le fil d'un rasoir.

- les odeurs des genets bordant l'autoroute ont parfumé nos casques toute la journée

- mais aussi parfois les odeurs des porcheries nombreuses par ici

- nous avons vu nos premières cigognes de l'année,

- nos premiers champs de coquelicots

- nos premiers eucalyptus

- nos premiers champs d'oliviers

- on a perdu 12° dans nos maxi mais c'était acceptable. 

- logés dans un très joli hotel dans le centre de lisbonne, demain c'est visite guidée avec notre "pilote" qui pour l'occasion sera notre chauffeur ! 

que demander de plus pour être aux petits oignons. 

DSC_3257 (3)

 

DSC_3289 (3)DSC_3260 (2)

P5260009

 samedi 27 Mai - Lisbao 

Alberto nous récupère à l'hotel à 10H00 pour nous faire le tour des environs. 

ma seule demande incontournable est le rendez vous avec mon figuier millénaire. Mais il faudra revenir dans quelques mois, le jardin bonatique est clos pour travaux. 

c'est parti pour le touristic-tour : le haut, le bas, l'histoire du tremblement de terre, et du raz de marée qui a suivi, nous descendons le tage jusque l'embouchure pour finir dans les faubourgs de Estoril, puis de cascais. nous grimpons ensuite à l'extrimité de l'Europe : le Cabo de la Roca : le point le plus proche.... du continent américain.

DSC_3314

pause déjeuner dans un excellent restaurant de poisson où il est choisi un magnifique loup pour 4 personnes dévorés par nous 3, arrosé d'un vino verde (blanc très légèrement petillant). puis nous repartons pour la montagne de sintra avec son village royal. 

Alberto nous dépose à l'hotel pour 2 bonnes heures alors nous filons cette fois à pied nous perdre dans la vieille ville aux rues dromadaires, pour immortaliser les vieilles pierres, le fleuve étonnament Zen aujourd'hui, ainsi que les façades chamarées d'azuléjos.

 DSC_3358 (2)DSC_3387 (2)

DSC_3404 (2)

Juste le temps de prendre une douche et nous repartons retrouver nos amis mongols. les retrouvailles sont émouvantes. et c'est très chaleureusement que nous sommes accueillis chez Paulo. les dames sont là aussi ainsi que les enfants. 

la soirée a très vite passée autour d'un feijoada (cassoulet portugais). Les conversations ont essentiellement tourné autour de nos souvenirs communs de notre rencontre l'année passée.

Nous avons bien sûr largement débrifé sur le parcours de notre aventure Marocaine descendant les recommandations jusqu'aux restaurants qu'il allait faloir fréquenter.

Et évidemment, les toasts à la vodka (mais pas que) ont été inévitables. 

 

28 Mai - Welcome on board 

Le rendez vous était fixé à 9h00 à la sortie de Lisbonne. 

nous serons donc 3 motos, Alberto et Magdalèna sur une GSA repeinte aux couleurs fluorescentes, Philippe et Moi. 

P5280017 (2)

dernier check point et chargement de l'iti et c'est parti pour 540 km. en direction du sud de l'espagne

mi chemin par autouroute le reste par une très belle nationale en peau de circuit

Les genets ont laissé la place aux lauriers roses.

de chaque coté de l'asphalte les champs alternent entre blés murs, tournesols, et oliveraies. quelques élevages de torreaux ici et là. traversée de villages dont l'activité principale tourne autour du Jamon !

arrivée à l'hotel à 17H30 pour partir diner de bonne heure

une petite balade pour choisir le restaurant : brasero de boeuf fondant et chips, une petite glace artisanale et au dodo. P5280026 (2)P5280022 (3)

demain plus que 100 km en europe pour attraper le ferry de 11H00. 

le voyage commence et quelque chose me dit que les hommes vont regretter de nous avoir emmenées Magda et moi ;-)

29 Mai - changement de continent - PSM/tanger/chefchaouen

c'est sous la pluie que nous quittons notre hotel, mais la méditerrannée chasse les nuages rapidement et nous traversons avec le soleil.

P5290002DSC_3424 (2)

 

passage de la douane heu.... en 1/4 d'heure. et la première approche côté maroc est très acceuillante. tout le monde est gentil et vous accompagne dans les différentes formalités. 

go go go, les routes nous attendent. 

nous longeons la côte par une très jolie route. bon les villes de se côté là non rien de magique, mais dès qu'on prend un peu de hauteur, on découvre un paysage vert et montagneux. 

Alberto nous déniche le seul restaurant ouvert en période de ramadan et bien sur nous y sommes seuls. 

nous continuons notre balade en traversant de très belles gorges 

P5290026

P5290028P5290029

 

Nous arrivons après 16H à Chefchaouen. c'est l'heure du marché. tout le monde se presse pour installer son échoppe sur le trottoir. du pain, du possion, des bouquets de coriande, des fraises... profusion de couleurs, d'odeurs, et une foule toujours plus dense. alors la circulation vous oubliez... 

Arrivés à notre hotel, nous descendons dans la médina bien avant le coucher du soleil pour profiter des rues encore désertes. 

ce bleu est reposant avec ce soleil. 

DSC_3476 (2)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous faisons bien évidement quelques boutiques avec Magdaléna pendant que nos hommes nous attendent.

DSC_3483 (3)DSC_3489 (2)

DSC_3500 (2)DSC_3485 (2)DSC_3494 (2)

Paulo nous a indiqué un restaurant qu'il a testé le mois dernier alors c'est en montrant la photo de la devanture à deux jeunes enfants qu'ils nous guident à travers les ruelles, en prenant bien soin de ne pas nous faire passer par le chemin le plus court, des fois qu'on aurait pu trouver tout seuls  ;-)  

Nous rentrons une fois la nuit tombée alors que commence l'appel de la prière du soir 

DSC_3510 (2)

 31 Mai - Chefchaouen / Midelt

et une belle journée, Une !

une route à tomber, viroleuse à souhait et ça grimpe et ça descend. Champs, villages coiffant les colines, montagnes en forêt, panorama sur les plateaux, rifts, rivières courant dans les prairies, que du beau, rien à jeter.

P5300002 (2)

P5300006 (2)

P5300001 (2)

P5300013 (2)

 quelques raccourcis sans goudron par endroit, quelques passages de nids de dinosaures mais dans la vallée des géants verts il faut s'attendre à tout...

 

DSC_3523 (2)DSC_3524 (2)DSC_3539 (2)DSC_3541 (2)P5300018 (2)

pour déjeuner ce midi encore un lieu déjà repéré : un petit hotel nous proposera une grande crudité et une tagine de poulet aux citrons confits.

sur la place, à l'ombre des bosquets sa seigneurie le lion de l'atlas somnole impacible devant cette famille thaïlandaise qui insistera pour me prendre en photo devant le molosse 

 

DSC_3517 (4)

vu le menu de ce midi, une sage résolution collègiale est prise : bon ce soir salade hein.... bien sûr... 

Nous arriverons au Riad encore à moins une d'un superbe orage que nous aurons longé sur près de 30 bornes. 

les 1eres gouttes s'écraseront sur nos selles quand nous sortons les sacs des valises. 

toute l'équipe du riad se mobilise pour nous aider à rentrer notre barda. 

une fois à l'abri, on nous offrira le thé ainsi que des petits gateaux en guise de bienvenue. et bien en période de ramadan, nous apprécions ce geste de bienveillance. 

on nous installera nos affaires dans les chambres et quand la proposition de menu pour le soir nous est faite, en choeur nous avons répondu OUI... la salade on verra une autre fois

P5300001 (3) P5300002 (3)

 

31 mai – Midelt / togdha

Une petite route à faire  tourner la tête.

Nous avons traversé la montagne, elle nous a offert une température  de 19° au  point le plus haut de notre parcours marocain 2600 mêtres. Alors que sur les plateaux à 1500 la température taquinait les 30°. Les routes empruntées sont très peu fréquentées en cette période. Il n’y a pas beaucoup de touristes non plus. C’est un régal.

P5310003 (2)

DSC_3573 (2)

Le paysage devient aride. Rares sont les arbres dans ce désert  où ne pousse que des cailloux. Les routes sont bonnes si on retire les passages dans les villages où les trous ont choisi de vivre. Il y a aussi à chaque virage les oueds qui lors des fortes pluies passent au dessus du bitume et l’emmènent alors, il faut être vigilant.

 

Les virages se succèdent, le ruban se déroule entre des parois rocheuses ocre et rouge, et comme un flash au détour du dernier, une végétation luxuriante éclate. Nous longeons des rivières qui forment des oasis de vie. Cultures céréalières, arbres fruitiers. A travers la végétation les villageoises sont actives, couper les herbes qu’elles assemblent en fagots pour en charger les ânes et ramener les brassées dans le village pour les faire sécher. D’autres s’affairent à la corvée de lessive et étalent les vêtements sur des buissons épineux ou bien à même le sol. Il est à noté que certaines ne sont pas voilées. Mais au fait, Où sont les hommes…. Ah ils gardent l’ombre plaqués au sol, sous les arbres, contre les murs, au moindre poteau electrique.DSC_3569 (2)

Les enfants sont particulièrement touchants. Ils sont nombreux sur le chemin de l’école à nous faire de grands signes. Ils nous tendent leur petite main pour qu’en passant on leur en tape 5 de chaque côté de la route bien sûr…

Les villages sont maintenant construits en torchis. La terre mélangée à de la paille est assemblée pour former les murs. Pour les fenêtres et le toit de grandes poutres de bois tout juste écorcées servent de linteaux. Une couverture en roseau est ensuite installée puis recouverte de tprchis pour garantir l’étanchéité. A l’intérieur il y fait assez frais, grâce à de nombreuses petites ouvertures savamment orientées à la hauteur du plafond pour favoriser le passage de l’air. Un système de climatisation très efficace.

Nous sommes en plein ramadan et pour nous restaurer ce midi Alberto passe un appel dans une auberge de l’uns de ces villages pour demander qu’on nous prépare un tajine berbère, avec des légumes et des œufs.  Ali est encore plein d’attention pour nous et me confie un autocollant carte de visite que je dois coller sur mes caisses avant de repartir.

P5310044

Nous finirons notre après midi dans les gorges de togdha. L’oued asséché reprend vie devant l’hotel détruit par un rocher de plusieurs tonnes tombé une nuit il y a 4 ans.

P5310057 (2)DSC_3581

P5310071 (2)P5310063 (2)

Fin de journée dans une Kasbha à la sortie des gorges, sur l’autre rive du torrent qu’il faudra traverser (à pieds) par une passerelle en bois très souple en attendant que le pont bétonné soit construit, 

C’est au milieu de ce jardin d’éden aux parois rocheuses chatoyantes au coucher du soleil, que nous prendrons notre diner. Oh ! un tajine kefta/oeufs/legumes …

P5310072 (2)

01 Juin - Todra - merzouga 197 km

la route en elle même n'a pas vraiment d'intéret ce qui nous branche c'est la température qui grimpe sur nos tableaux de bords et les paysages qui deviennent arrides et désertiques. les montagnes c'est fini place au sable. 

Nous nous arrétons près d'un puits asséché dans une tente berbère prendre un thé et visiter le réseau sous terrain creusé par les hommes pour irriger la palmeraie 10 km plus loin. des puits étaient creusés tous les 20 metres pour excaver la terre et laisser place à la rivière souterraine qui coulait sur un lit de calcaire. des hommes sont morts ensevelis sous la terre quand le plafond de terre s'éffondrait sur eux. Il n'y a plus d'eau depuis 40 ans dans ces rigoles mais c'est un passage à touristes alors la vie continue toujours autour des puits. Nous visiterons ces galeries fraiches. 

DSC_3591 (2)

DSC_3595 (2)

DSC_3598

DSC_3625 (2)

Arrivée sur Merzouga pour midi avec 38° au compteur pour un déjeuner en terrasse et nous rejoindrons notre hotel en sortant de table pour plonger dans la piscine et faire un peu le lézard avant d'échanger nos deux roues contre d'autres bestioles à 4 pattes plus adaptées au sable pour aller apprécier le coucher de soleil sur les dunes.

 DSC_3632 (2)

Nous avons eu beaucoup de chance avec le temps. partis le matin avec le vent et la poussière qui brouillait l'horizon, les dunes se sont dévoillées à notre arrivée pour profiter de notre balade silencieuse autour de l'une des plus grandes de la place. 

P6010041 (2)

P6010074 (2)

P6010078 (2)

P6010093 (2)

02 juin - Merzouga/zagora/ait benhadou 600 km

et si nous poussions jusqu'aux portes du désert? nous pourrions faire la vallée du Drah dans son intégralité! 

du coup on rallonge la sauce de 140 km, alors on part de bonne heure pour profiter de .... la fraicheur.... nous fûmes partis avec les 31° et nous arrivâmes à 39° devant le célèbre panneau Tombouctou 52 jours. et quel parcours, la vallée verte coule entre deux petites falaises de rochers noirs. Nous avons traversé beaucoup de villages de maisons typiques en torchis. très joli parcour. DSC_3649 (2)

bien sur nous nous devions de faire ce cliché une fois sur place 

P6020018 (2)

nous nous restaurons sur zagora dans un petit hotel.... où nous nous sommes encore rempli le ventre et nous repartons pour les 200 km en remontant la vallée verte puis direction les hauteurs pour longer les gorges creusées encore dans le bazalt noir. 

DSC_3679 (2)

 

l'arrivée de ce soir est spectaculaire. nous grimpons sur la coline pour admirer la vallée où a été tourné Gladiator et le village des kasbahs de Ait Benhadou ! et la surprise de notre pilote c'est qu'on pause les motos, puis nous nous rendrons à pieds à notre Maison d'hotes à l'intérieur de la vielle ville ! Exceptionnel et pitorresque :

DSC_3700 (2) n

os bagages sont arrivés à l'hotel par le "bourricot-express" et nous avons traversé à pied la rivière rouge pour les rejoindre !  

P6030047 (3)

après une bonne douche à température ambiante, nous avons profité de la terrasse de la kasbah pour diner à la fraiche ! 

 

quelle bel endroit!

DSC_3694 (2)

DSC_3703 (2)

merci Alberto pour cette surprise, sans toi nous serions certainement passés à coté de ce petit bijou spartiate mais très sympa ! 

 03 juin - Ait Benhadou/marrakech 200 km

la journée commence avant le petit déjeuner avec une excursion pour voir le soleil monté sur le village des terres ocres. 

Bon il faut avouer qu'il nous a été difficile de nous échapper de la kasbah et après avoir ouvert plusieurs portes (meme celle de la famille voisine) on nous donne quelques indications pour trouver le bon couloir dans ce dédale. une fois à l'extérieur nous gravissons aisément la place pour contempler toute la vallée de cette région. le petit matin frais nous rend léger et c'est surtout que les "touristes" ne sont pas encore sur les lieux et cela rend le lieu encore plus grandiose. 

DSC_3727 (2)DSC_3730 (2)

DSC_3733 (2)DSC_3739 (2)

DSC_3747 (2)

DSC_3758 (2)

DSC_3760 (2)

DSC_3763 (2)

 

le petit déjeuner servi après notre escapade il est temps de redescendre chercher les motos. et c'est bien sûr en utilisant les transports locaux que nos bagages feront le chemin inverse. Nous les bipèdes allégés, nous suivons bon train. 

malgré le peu de distance de cette étape elle n'a pas manqué de virages et de beaux paysages. 

nous avons passé le col de tichka puis emprunté une très belle route que nous nommerons la transfagarasan marocaine. dangereuse la route avec cette circulation. dans un virage, 2 corps en blanc sont au sol, les casques ont volé, la mobilette ressemble à une vulgaire canette de coca écrasé. les pauvres malheureux ont croisé un camion remorque qui a coupé le virage puis la mobilette ! la sécurité nationale est déjà sur les lieux à faire la circulaiton au milieu de l'atroupement qui attend les ambulances. ils ne sont que blessés mais cela donne à réfléchir à la suite des lacets qui nous attendent jusqu'au bas de la vallée. 

P6030051 (2)

P6030048

 

 

Nous arrivons sur marrakech vers midi. nous trouverons un endroit pour déjeuner en attendant l'ouverture du riad où nous logerons (500 mètres de la grande place)

la négociation entre le gardien du parking et les 2 locaux ayant décidé de nous servir de guide est très houleuse mais nous finissons par trouver un accord et immédiatement les discussions tarifaires cessent. 

Nous attendons la fin de l'après midi pour nous perdre dans le souk, profiter de l'ambiance de cette place effervescante, boire un jus de fruit frais et diner sur l'unes des terrasses en contemplant le coucher du soleil et l'appel du muesine qui résonne de toute part autour de nous. Après diner nous flanons de boutiques en boutiques pour achater quelques épices et trouver la seule paire de boucle d'oreille bleu-grenat . 

P6030002 (2)

P6030013 (2)

P6030014 (2)

P6030017 (2)

 

Demain dernière journée dans ce délicieux pays. nous tracerons maintenant par l'autoroute pour retrouver Tanger, partager une dernière soirée avec Alberto et Madeleine avant de reprendre le bateau et de suivre chacun son propre chemin. 

04 juin - Marrakech/tanger : 

tout par autoroute, la route n'a rien de sexy mais le but est de faire ces 600 dernières bornes pour profiter de notre dernière soirée ensemble. 

donc dès l'arrivée sur l'hotel (face au port) on descend vite se plonger dans la vraie vie ! la ruche dans les petites ruelles est en pleine effervescence. Nous sommes venus nous perdre dans le marché couleur locale où tous les habitants font leur emplètes. 

 

P6040004 (2)

P6040009

P6040011 (2)

des fruits, des légumes, des poissons, des viandes, des stands de biscuits, de jus d'orange frais, des épices et des fruits secs ! mille couleurs, mille saveurs, mille odeurs. il faut parfois jouer des coudes tellement les ruelles sont serrées entre les échoppes encombrées. 

le petit restaurant de poissons très typique  étant fermé,

P6040015

nous nous rabattons vers le restaurant d'un hotel assez confortable. 
encore un bon moment passé ensemble à rire de tout et de rien (et à nourrir les chats errants à l'insu des serveurs)

 

 05 juin - Tanger tarifa

et voila ainsi s'achève notre tranche marocaine avec nos amis Alberto et Madeleine

une belle traversée à regarder danser les dauphins

DSC_3808 (2)

avant de repasser sur le continent européen, 

se serrer fort dans les bras des uns et des autres pour se souhaiter bonne route et bonne continuation et 

surtout surtout de se recroiser sur la route des voyages !

Merci pour cette fabuleuse semaine Alberto.