Quand il nous a parlé de son idée l'été dernier, nous n'étions pas du tout en phase avec lui. 
Nous lui avons quand même proposé de faire quelques rencontres afin de lui faire connaître le monde du 2 roues. Un peu comme un palliatif ou une consolation, On pensait qu'il allait lâché l'affaire, qu'il allait se contenter d'être seulement passager pour quelques rares occasions, tellement son idée n'était pas envisageable avec sa réalité physique - Tom a été atteint dans sa petite enfance d'une maladie ayant entrainée des déformations de sa colonne et une grave insuffisance respiratoire - 
Mais il n'a rien abandonné du tout. Alors plutôt que de le laisser prendre les mauvaises décisions, on a préféré l'accompagner dans sa démarche plutôt que de faire l'autruche en se voilant la face. De toute façon la peur n'évitera pas le danger, et depuis petit je n'ai jamais voulu qu'il soit mis sous cloche.

On a alors tenté de gagner du temps, de lui dire qu'avant de devenir motard il fallait qu'il obtienne son attestation de conduite 125 ce qui fut fait en moins de 2. 
et puis, LA dernière condition était de lui choisir un équipement aussi sécure que possible, pour qu'au printemps, nous l'aidions à trouver sa "belle" mais une fois équipé du minimum obligatoire, début février, il avait jeté son dévolu sur une petite 125 (suzuki GSX-S) adaptée à sa morphologie atypique (28 ans, 1,53m pour 37 kg)
gauvin

Le dernier équipement que nous jugeons obligatoire sera un gilet airbag. j'ai contacté toutes les marques sur le marché pour réaliser des essais avec test de déclenchement pour nous garantir au maximum que ce remède ne soit pas pire que la chute. 

vous l'aurez compris, thomas, n'aura pas le droit à une deuxième chance en cas d'accident. 

3 marques ont bien voulu nous accompagner dans notre démarche, et suite aux essais aux sièges des fabricants, le mieux adapté à son squelette déformé sera choisi.
Nous avons préféré les modèles à déclanchement mécanique en raison de l'emplacement des boitiers électroniques des autres modèles pouvant appuyer sur les déformations mais aussi par choix induit : le déclanchement électronique nécessite une action en amont de l'activité motardesque : penser à charger les batteries. Alors que le déclanchement mécanique se raccorde au moment où on s'assoit sur la selle. Pas besoin d'anticiper la charge, et le geste de clipser le gilet au cordon solidement fixé au cadre de la moto s'assimile facilement comme celui d'attacher sa ceinture de sécurité en montant dans une voiture.  
Nous avons été reçu dans les meilleurs conditions chez 2 d'entre eux, et les explications sur la fabrication des produits ainsi que la description technique du gilet et du fonctionnement de celui-ci ont été très professionnels.
C'est le modèle de chez HIT-AIR qui nous a convaincu :  
poids : 1 kg léger ergonomique et discret
coloris choisi noir réfléchissant (il existe aussi en jaune fluo)

DSC_0333 (2)

Retour d'expérience : 
Le gilet HIT-AIR porté sur le blouson n'entrave aucun mouvement. Il est léger, et les espaces entre les boudins sont suffisants pour assurer une bonne ventilation en plein été. Contrairement au deuxième modèle dont les boudins dorsaux sont reliés entre eux par une plaque de répartition de charge non amovible qui touchait des lésions et était inconfortable. Cette dorsale sur le HIT-AIR est proposée en option si besoin.
DSC_0243 (2)DSC_0252 (2)
une fois déclanché, Aucune pression excessive n'a été délivrée sur les zones atypiques de son thorax et de son dos. Les boudins gonflés sont bien adaptés à la pathologie de Thomas. Un coussin cervical vient combler l'espace entre les épaules et le casque, et un autre se déploie dans le bas du gilet pour une meilleure protection de la colonne. 
DSC_0251 (2)
Alors, cette carapace nous a fait réfléchir. Comment être cohérent après avoir tenu un dialogue parental exigeant de la sécurité alors que nous motards, partant dans moins de deux mois sur un tour du globe nous ne sommes pas équipés? 
Banco : ce n'est pas 1 gilet mais 3 qui ont été commandés ! 

DSC_0313 (2)

Comme un pied de nez à sa déficience pulmonaire, c'est cette armure d'air qui va permettre à Thomas de découvrir sereinement la liberté légendaire du motard

Tom a fait ses premiers tours de roues devant nous pour nous rassurer. Comme un enfant qui fait ses premiers pas, Il a ouvert la route fier sur son cheval de fer rouge et noir. Il est prêt à rouler seul maintenant et se faire plaisir le nez au vent, en toute confiance. 

duo



Je suis fière de toi mon grand.

pour mieux connaitre son histoire voici son instagram : https://www.instagram.com/halfbodyfullmotiv/ et son FB :https://www.facebook.com/Thomas.FullMotiv/

Pour mieux connaitre le gilet sélectionné, connectez vous sur : https://www.hit-air-france.fr/