On va pas se faire surprendre 2 fois par les températures excessivement basses alors ce matin, j'ai renfilé le caleçon molletonné, le tee-shirt mode hiver et la veste Keiss chauffante pour nous permettre d'affronter un petit 10°c. Et en prime la bruine et un simili brouillard pendant les 300 premieres bornes. Pas très envie de sortir le museau du casque sur le parcours. 

P6090001 (2)

 

le temps va s'éclaircir et passé en mode soleil 18° sur les 100 derniers kilomètres. le paysage des steppes est maintenant dernière nous. Nous le savons, nous arrivons bientôt en sibérie, les grands étendues de cultures, espacées par quelques bouleaux ou bien des petites colines/montagnes, recouvertes de sapin. la sortie du Kazakh est pour demain. 

P6090005 (2)

Maintenant que le temps le permet, on cherche un petit endroit dégagé pour se faire une petite pause, et exprimer des besoins organiques. A une intersection, nous apperçevons un motel entouré de bosquets d'arbres et c'est en ralentissant qu'on choisi d'aller se garer sur un petit chemin à 30 mêtres après l'entrée de ce tout petit établissement qui semble désert. Je m'éloigne vers les buissons et avant même de baisser mon pantalon des milliards de moustiques de la taille de libellules sortent des bosquets. Oulàlà les gaillards ! c'est que je suis équipée depuis mon dernier passage dans la région ! hahaha ! je retourne aux motos chercher mon matériel pendant que j'averti philippe de ma rencontre. Il s'empresse d'enfiler sa chaussette en résille sur la tête pendant que je retourne à mon objectif. C'est bien concentrée sur la mise en place de mon manneken que j'apperçois une silhouette marchant à grand pas vers Philippe que j'averti de bien vouloir bloquer cette personne avant qu'elle avance plus loin vers moi. 

Imaginez ça maintenant : et là j'assiste à une scène d'embrassade entre ... il semblerait que ce soit du sexe féminin avec forte dominance du sexe opposé et mon homme à moi. Lui ceinturé par l'embrassade l'autre heureuse d'avoir quelqu'un pour faire la conversation; moi, tentant de poursuivre ma délivrance d'une main et agitant prés de mon visage l'autre main armée d'un mouchoir pour chasser la horde de moustiques partis à l'assaut de mes autres joues roses ! tout en gardant un oeil sur la conversation de sourd qui s'emblait s'engager à moins de 10 mètres de moi. je me joins dès que possible à ce dialogue. Il-elle n'est même pas surprise par mon arrivée; de comprendre que je suis une femme et que 30 secondes plus tôt je pissais debout le long de sa clotûre ne la dérange en rien puisqu'elle s'approche de moi la main tendue vers la mienne qui tient encore mon ustensile non rincé... et voila qu'elle propose à philippe une séance de banya, dans son superbe établissement ! bon bah on a tout remballé les resilles, le manneken rincé, et on est parti en criant  Dasvidaniya pour se trouver un autre endroit loin du sauna ! Philippe me dira ensuite ; Elle était sur le point de m'épouser tellement l'étreinte était appuyée ! mdr ! bon cela dit, j'ai adoré mon pisse-debout, me permettant de me soulager dans un environnement hostile sans avoir froid aux fesses et surtout en évitant les piqûres morsures de ces moustiques jumanjiesques !

l'arrivée en début d'après midi sur pétropavl permet d'effectuer sans stress de petites maintenances sur les motos, vérification des pressions des pneus, complément d'huile et réorientation du pot d'échappement dans un axe plus éloignée de la caisse. 

DSC_1182 (2)

 

revenir sur nos traces pour parcourir à nouveau ce petit parc avec des airs de fêtes foraines. Avec un plaisir d'aller grignoter des brochettes et une assiette de frites au mileu de cette ambiance. Le parc a simplement pris un peu d'ampleur, le vendeur de brochettes qui oeuvrait seul au milieu du parc avec un barboc perso de 60 cm de large a fait fortune et a maintenant un petit snack acollé au parc. Mais il vend toujours et encore d'avantage de délicieuses brochettes. ! belle soirée festive en perspective. 

DSC_1185

DSC_1187 (2)

DSC_1189 (2)

Rappel pour mes fidèles lecteurs mais aussi pour les ptits nouveaux : voici le premier épisode 5 ans plus tôt des moustiques en siberie : 

J24 - Rouler en Sibérie : Miction impossible - les tribulations de LillyBellule et Khan

Avec le premier plein d'essence de la journée il nous faut dépenser un maximum de tenges. Philippe fait également le plein en barres chocolatées (son carburant indispensable). C'est au moment de repartir de la station que la jolie demoiselle à la caisse sort nous offrir une plaquette de chocolat du pays !

http://travelstrom.canalblog.com