05 juin - Etape 9 : Kastraki les météores - lefkas (Grèce) 297 km



Le petit déjeuner englouti, nous quittons l’hôtel pour aller voir de plus près : 

Les Météores !!! Des moines "extra-terrestres", pour échapper aux attaques des différents conquérants ont construit leurs monastères au sommet d’immenses mégalithes. la route des météores est bordée de genets en fleurs embaumant notre trajet. La route longeant les rochers est sinueuse à souhait. Malgré l'heure matinale, le ruban est emprunté par de nombreuses motos.
Les photos n’ont besoin d’aucun commentaire.











Puis nous quittons ce paysage pour un autre entre montagne et plaine. Au hasard de la route, nous y faisons des rencontres étonnantes ! Cette fois-çi on pense à immortaliser la scène pas comme en Roumanie :



La pause dejeuner : les villages sont rares aujourd’hui sur notre parcours. Il n’y a pas de boulangerie aux environs. Nous repérons un endroit très sympa pour déjeuner, la route longe un torrent abrité sous de grands arbres. Trouvant une épicerie-bar dans le village suivant, la commerçante nous propose de nous faire des souvlakis à emporter. L’attente d’une dizaine de minutes en vaut la peine, une barquette fumante de brochettes, frites, oignons et pain + 2 tomates pour un montant de 3,50 € nous est servi… Nous revenons sur nos pas de quelques kilomètres pour savourer cette barquette au bord de notre petite rivière.




Et voila maintenant que mon tomtom déraille, nous faisant prendre par moment des portions d'autoroute.
sorties, demi-tour, retour sur l'autoroute, les incohérences d'itinéraires entre nos deux GPS me brouillent l'esprit.
la température dans certains tunnels tombe à moins de 10°. La fatigue et le froid, m'épuisent.
on aperçoit sur les sommets voisins des traces de neige.



Gros coup de fatigue : Je réclame pause après pause, pour boire ou pour manger une barre de céréales. Nous n'avons plus l'impression d'avancer.


et encore une pause : 



L’arrivée sur l’hôtel (conseillé par un collègue de Philippe) se fait vers 14h00. 





Andréa le propriétaire, nous accompagne pour la visite. La chambre proposée est plutôt un petit appartement très sympathique. Présentations des accueillants et des accueillis dans les règles après la conclusion du prix du séjour.

Une douche pour récupérer de la fatigue et nous descendons nous baigner dans l’adriatique. Partout des hérissons de mer tapissent les rochers. Tant mieux, un aller retour jusqu’aux caisses des motos pour récupérer un peu de matériel et nous avons de quoi pique-niquer pour notre goûter au bord de l’eau. (Guillaume si tu nous lis, il fallait ouvrir les yeux sous l'eau à l'Adriatica)
rien de tel qu'un peu d'iode pour se requinquer :





puis dîner sur la plage dans le village voisin : 


le bilan de la journée est le suivant : L’étape du jour bien que relativement courte a été épuisante. Je sens la fatigue s'accumuler depuis maintenant 8 jours. Nous décidons de nous poser 2 jours au même endroit pour récupérer de l’énergie. Nous tracerons ensuite en regroupant les deux étapes suivantes en une seule de 400 km pour ne pas nous mettre en retard sur notre planning. Nous éviterons par la même occasion de passer une nuit à Igoumenista, théâtre de l'actualité des immigrants tunisiens refoulés de lampédusa en Italie et parqués à la mode Sangatte.
Philippe me propose de passer la journée de demain en sac à dos derrière la 1000 pour visiter la "toute petite" presqu’île qui nous héberge pour 2 nuits avant notre traversée de l’Albanie. il faut bien une journée de repos avant d'entamer la suite de notre aventure...