Cette fois-ci pour profiter un maximum de cette ile en un minimum de temps, nous nous laisserons guider par les recommandations de Nikos, fils d’Andréa, qui nous indiquera les plus belles criques désertes. Et effectivement la descente de 6 km entre vide et garigue composée d’un certain nombre d’épingles ressemblant pour certaines à des demi-tours est récompensée par une plage de petits galets avec seulement 4 autres serviettes que les nôtre étalées à 30 mètres de nous.

P9220002 

L’eau à 10H du matin est déjà excellente et nous jouons encore avec les petits poissons perroquets venant profiter des déplacements de cailloux pour se repaitre à nos pieds.

P9220008 

 Nous profitons d’une installation rudimentaire de stockage d’eau de pluie pour nous rincer à l’eau douce avant de sécher au soleil, de se revêtir et de se diriger vers la civilisation des tavernes pour nous remplir l’estomac.Une fois repus, nous continuons notre découverte des petites plages non fréquentées. Et cette fois ci la descente est encore plus impressionnante. A tel point que certaines épingles seront prises avec les pieds au sol en guise de stabilisateur. Mais l’endroit ne nous convient guère,

P9220040 

 cette côte est battue par les vents et la mer est agitée. Il nous faudra remonter pour renoncer à la baignade de cet après midi. Puis après avoir repris des forces en savourant une glace gargantuesque nous décidons après avoir passé notre temps à vouloir nous approcher au plus près du niveau 0 de prendre de la hauteur en allant titiller le sommet de cette île. Là encore les épingles sont légions et pour certaines, je devrais les passer en manœuvrant du style demi-tour sans pouvoir braquer suffisamment. Le panorama à 1000 mètres d’altitude est impressionnant et si la route se fait étroite dans la montée, la descente sur l’autre versant nous offre un véritable autoroute ! Une large voie récemment construite nous fait l’honneur de cette descente qui plus est, est d’autant moins impressionnante ! jusqu’à une fourche, nous indiquant que le merveilleuse chaussée qui se poursuit sur la gauche est « en sens interdit » et que pour terminer la descente il faut prendre à droite, sur un revêtement en ciment strié maculé de caillasses, de gravillons et de trous ! Pas très fière dans cette descente, mais mon éclaireur aura déjà balisé la moitié du terrain, m’attendra pour ne pas perdre la liaison audio avant de repartir dans cet à-pic. Le passage ne sera compliqué que sur 350 mètres, mais qu’elle frayeur de s’engager dans une voie sans savoir si nous ne serons pas obligés de faire machine arrière à un moment donné. Ouf tout est passé, nous retrouvons l’asphalte et je retrouve le moral. Encore une visite des cascades un peu déshydratées en fin de saison

P9220064 

et nous terminerons cette journée de vacances par une vérification méthodiques de nos montures : essence - ok, pression de pneus - ok, tension de ma chaine – ok, niveau d’huile, la mienne a déjà bien consommé. Nous referons les niveaux une fois posés à l’hôtel : les petits chevaux sont fin prêts pour l’aventure de demain.

C’est avec une assiette de fruits mûrs, nous accueillera ce soir. On a vraiment bien fait de revenir ici, Andréa est touchant de gentillesse et de petites attentions à notre égard. Et c’est sur les mots suivants que nous finirons notre soirée : il faut absolument que vous reveniez ici une autre fois : vous êtes ici, chez vous. Il y aura toujours une place pour nous dans ce fabuleux havre de quiétude.

Demain nous dirons au Yassas à notre pays de coeur!

 

P9220023