Ce matin signe bien un changement dans notre façon d’avancer. Nous parcourons les derniers 100 km de petites routes pour enquiller sur l’autoroute jusque notre maison. C’est la fin des vacances, mais pas encore la fin du voyage.

Nous parcourons les plaines et les montagnes de Macédoine. La route principale empruntée est taillée à même la montagne dans un défilé artificiel. Cet axe principal est relativement très fréquentée. (la E75 relie la grèce à la finlande!) par une population bigarrée de différentes nationalités mais surtout occupé par un grand nombre de TIR, ce qui fait que le bitume sous l’action de la chaleur et du poids des essieux prend une forme de plaque de raie de chocolat créant deux profonds sillons avec en son milieu un tumulus revêtu de rainurage. Nous n’osons même pas imaginer de rouler sur ce revêtement par temps de pluie. Nous ne pourrons pas avancer que nous connaissons maintenant ce petit pays, nous n’en avons découvert qu’une partie rectiligne aux abords de notre tracé, mais nous ressentons que ce pays n’est pas bien riche ! les ressources ne sont pas extraordinaires, les abords de villes sont jonchées de décharges sauvages. Dans la campagne, nous avons pu constater que les troupeaux étaient encore encadrés par l’homme et le chien, que les cultures marachaires étaient principalement des pommes de terre, des poivrons qu’ils font sécher sur des guirlandes verticales. Mais surtout et pour moi une grande découverte, c’est un pays producteur de feuille de tabac.

P9240003

En effet la région traversée est riche en champs verdoyants, Chaque parcelle est occupée par une poignée d’hommes et de femmes, effeuillant ces tiges d’un mètre et liant façon guirlande de noel, sur une ficelle, les feuilles prêtes à décorer des séchoirs improvisés faits de 2 arceaux métalliques et d’une bache en plastique transparent. L’autre production importante du pays est la vigne dont le raisin en pleine vendange sera pressé pour une production excellente de vins.

La frontière entre ce petit pays et la Serbie est vite passée. Des touristes en motos ne présentent guère d’intérêt. En revanche, certaines voitures devant feront l’objet de fouilles minutieuses : rien que 6 hommes pour s’en charger !

P9240011

Arrivés en Serbie, il est temps de faire du change et pour la caissière je passe pour une superwoman dès qu’elle m’adresse la parole, en ayant vu devant son guichet nos motos arriver. Elle nous offrira les précieux adhésifs en réclamant un autocollant à la boutique d’à côté, n’en ayant qu’un seul dans son échoppe.

Nous nous posons à 40 km avant Belgrade sur le bord du Danube. Ici une forteresse en ruines, attire notre regard. Nous découvrirons une fois sur place que le sultan  Mehmed II aura aussi été notre fil conducteur jusqu’ici. Cette forteresse aura résisté à toutes les invasions et autres batailles territoriales.

P9240021

P9240024

Ce n’est qu’au cours de la 2eme guerre mondiale, qu’elle tombera sous les bombardements alliés mais surtout par l’explosion du dépôt de munitions qu’elle renfermait à cette période. Elle abrite au sein de ces ruines un large espace vert, occupés par des familles à la recherche de parcelle d’ombre en cet après midi au delà des 32° et est en plein chantier de restauration.

cette petite sortie en duo après nous être posés à l'hotel ce soir, m'aura permis de jouer plus facilement les paparazis :

P9240027

Le coup d’œil à la météo ce soir, nous indique une bande orageuse sur la Croatie pour demain. Si la pluie fait son apparition, nous aurons vraiment le sentiment d’avoir basculé dans l’automne et avec lui la fin du voyage…