Nous avons du mou avant de reprendre le collier, et nous prenons la décision de retourner voir nos amis d’Ijevsk. Nous pensions faire le changement de pneus sur place mais nous avons dû inverser avant d’arriver. Le TKC ayant souffert au montage a été fuyard depuis UB. Cela a contraint Philippe à sortir le compresseur tous les matins avant le départ. Mais cette fois ci le pneu commence à se dérober. C’est un garage de camions fermé en ce jour qui mettra à disposition sa presse et son compresseur pour nous gratuitement. Une fois la besogne achevée, nous pourrons profiter d’une après midi et d’une pleine journée en leur compagnie.

Kirill vient nous chercher à pied à notre hotel,

P6120009DSC_0957

pour nous emmener découvrir sa ville (de jour pour Philippe). Hélène est retournée en Ukraine jusque mi-juillet pour passer ses examens.

Objectif : le musée bien sûr mais pour y arriver nous traversons une immense fête foraine. Nous sommes le jour de la fête nationale. Nous avons écumé l’ensemble des expositions du bâtiment portant sur les différentes industries basées dans la région, les motos, l’aéronautique, mais aussi les traditions paysannes. Kirill ne connaissait pas encore la partie histoire naturelle d’autant que cette année, ils ont fait la  découverte d’une tête d’éléphantidé, clou de cette expo.

P6120024P6120017

 

Le lendemain départ pour une autre balade mais cette fois ci à moto. Un petit tour de près de 250 km dans les environs. Kirill veut absolument que nous connaissions tout de sa région et c’est avec grand plaisir que nous le suivons. DSC_0962DSC_0981DSC_1011DSC_1023

Midi, pause dans un café pour déguster des pilminis.

 DSC_0992P6130001

P6130027

 

Puis, afin de refixer la béquille latérale ayant moyennement apprécié les vibrations et les terrains accidentés de la Mongolie nous faisons un crochet dans l’antre secrète des amis de Kirill. Ils ne sont pas présents dans ce lieu mais kirill y a accès. L’accès se fait en traversant un casse automobile puis nous rentrons dans un hangar en terre battue où le noir absolu règne. Le Hangar n’est autre que l’accès à un immense dédale de box sur plus d’un kilomètre. Nous suivons à l’aveugle les lumières de kirill. Certains box sont ouverts, il y filtre un rai de lumière et des voitures sont devant. Garés devant, la petite porte s’ouvre, la fée électricité du lieu nous fait découvrir un endroit plutôt cosi, très bien rangé, avec un petit salon, un établi regorgeant d’outils, et un sous sol rempli de pièces détachées de motos. Altaï est bricolée à l’extérieur à la frontale. Une fois les travaux accomplis nous refermons la caverne d’Ali Baba  non sans avoir laissé un petit souvenir pour les remercier.

P6130019P6130002

P6130013P6130007

 

Nous partons maintenant déguster le dessert. Et là un couple en Vstrom 1000 nous rejoint : Julia et Alex. Nous sommes maintenant installés dans un salon de thé un peu particulier. Habillées en costumes traditionnelles 2 femmes nous accueillent. Le salon a ouvert ses portes il y a moins de 3 mois. Elles fabriquent dans l’arrière boutique complétement vitrée des petits gateaux à base de miel qu’elles produisent. Délicieux moments passés ensemble, car elles ont aussi partagé le thé et les douceurs mises sur la table pour nous.

 DSC_0995 DSC_1005

DSC_1009DSC_1050

Sitôt les douceurs avalées, nous attaquons pour l’iti de l’après midi. Après une petite saucée, le soleil réapparait et nous traversons de jolis paysages sur des routes secondaires. Fôret, champs, le paysage est légèrement valloné ce qui permet tranquillement d’enrouler quelques virages. (rares dans cette partie de la russie). Les derniers kilomètres se feront en TT sur un chemin digne de la mongolie pour arriver enfin à la perle de la région.

DSC_1036DSC_1031

Nous nous y poserons un moment, au son de la flute ammenée pour l’occasion. Nous filmons dans ce lieu idyllique une petite vidéo contenant un message en français à l’attention d’hèlene. Les estomacs commencent à jouer les grenouilles alors nous reprennons la direction de la ville pour les remplir de pilminis, suivis d’une balade digestive sur les bords du lac. Il est temps de prendre congés, les paupières réclament la fermeture du rideau après cette journée bien remplie. 

DSC_1067DSC_1071DSC_1093